voir

Le site d'entraide généalogie en Dordogne . Association "Amicale Genea24 " extrait du bulletin Lou Peri Doc 01

piegut en 1850.

Par Jean Louis Filet.

Situation.

La commune de Piégut-Pluviers, c’est le nord, à la limite du département avec la Charente et la Haute-Vienne. Angoulême n’est qu’à 45 kilomètres, bien plus près que Périgueux situé à 65 kilomètres comme d’ailleurs Limoges. Elle est intégrée au parc naturel Périgord–Limousin, fait partie de la communauté de communes du Haut-Périgord, arrondissement de Nontron, anciennement du canton de Bussière-Badil et depuis 2015 canton du Périgord vert nontronnais. Son nom est l’association de deux villages en 1862. La commune de Pluviers devient alors Piégut-Pluviers.
PUèG’GUT en occitan et les habitants sont les Piégutains et les Piégutaines.

village
Image du bandeau du site de la commune. www.piegut-pluviers.com

Situé sur un plateau peu élevé (entre 200 et 300 mètres) qui fait partie des nombreux chaînons qui s'échappent des montagnes d'Auvergne lorsqu’elles traversent le limousin pour aller se perdre au bord de l’océan. (Source Brard).
Le territoire limité entre les rivières du Bandiat et de la Bonieure, parcouru par de nombreux ruisseaux et parsemé d’étangs dont le plus important à la limite nord est celui de Grolier pourrait lui valoir le titre de pays des mille étangs.

Histoire.

Le lieu est connu depuis l’époque gallo-romaine sous le nom de Podium Acutum. Il se tenait une seigneurie dépendant de Limoges ainsi que la paroisse rattachée au diocèse de Limoges.

En 1199, le château sera détruit par Richard Cœur de Lion. Peu de temps avant sa mort en avril de la même année alors qu’il tenait le siège de Chalus qui n’est qu’à une trentaine de kilomètres à l’est. Il ne reste aujourd’hui qu’une tour pour témoignage.

Depuis le 13 mai 1642, se tient tous les mercredis un des plus grands marchés du département. Autrefois célèbre pour ses bestiaux, il compte encore plus d’une centaine d’étals toutes les semaines.

tour photo JLF
marche

En 1851 un service de poste à la demande du conseil général depuis plus d’un an, entre Angoulême et Nontron avec un bureau à Piègut voit le transfert de celui de Pluviers à Piègut.

 

 

Après la révolution de février 1848, on vote en avril pour la mise en place de la Deuxième République. En Dordogne (je cite le journal La Croix) de nombreux troubles eurent lieu, les éléments de gauche marquèrent violement leurs sympathie pour les insurgés parisiens. Certaines communes arborent le drapeau noir, les paysans refusent de payer l’impôt. En janvier 1849, des troupes sont envoyées parmi la population dont 180 hommes dans les secteurs de Piégut-Pluviers et les communes environnantes. Avec le coup d’état du 2 décembre 1851, prend fin la plus courte des républiques. Le préfet de Périgueux prévint les troubles par de nombreuses arrestations parmi lesquelles celle du notaire François Gustave Bourdinaud, 32 ans domicilié à Javerlhac qui sera placé sous surveillance.
Au motif : Opinions socialistes. Propagandiste dangereux. Président d'une réunion démagogique.
Motifs et observations dans l'Etat de la commission mixte :
Depuis longtemps connu par ses opinions socialistes. Faisait auprès des paysans avec lesquels ses fonctions le mettaient en rapport une propagande dangereuse. Etait le président d'une réunion socialiste qui se tenait à Piégut, Dordogne. Des séances de cette réunion ont eu lieu sous sa présidence les 3, 10 et 18 décembre. Néanmoins le caractère de ces réunions ne parait pas bien grave. L'inculpé est irréprochable dans sa vie privée. Il paraîtrait convenable de l'obliger à vendre son office. Arrêté, mais remis en liberté. (Département de la Dordogne. État des délibérations de la commission mixte instituée par la circulaire du 3 février 1852, A.N., BB/30/399).
Comme la plus part des personnes arrêtées, il sera gracié en juin 1852.
Sources : Dossiers de grâce : Archives nationales BB/22/132/2 –

Des noms.

La famille de Verneilh-Puyraseau, Jean-Joseph (1756-1839), fut député de la Dordogne et son fils Félix-Joseph (1820-1864), sera historien et archéologue.
Pierre-Philippe Niocel (1833-1909), instituteur et érudit périgordin, auteur de deux livres de mathématiques publiés chez Larousse à la fin du Second Empire.

En 1846, au recensement on compte parmi les notables : Pierre Eyriaud maire, Louis Puybareau notaire, Jeanne Faure, Jean Garrigue, Etienne Boudoire, Jean Boulestin , Jean Delagrange, Jean Bourrinet Pierre Lavoix , Etienne Boudoire, Léonard Garrigue les aubergistes, Gabriel Aupetit, Marie Chautrand tailleurs d’habits, Pierre Gillet, François Lafarge maréchals, Antoine Larousserie maréchal ferrant, Jean Faure armurier, Jean Duluc maçon, Antoine Geneviève menuisier, François Breton charpentier. Antoine Giry, Pierre Duroulet et Antoine Lavoix marchands, Antoine Boussarie horloger, Jean Bernard cordonnier, André Hebrard sabotier, Pierre Pastoureau instituteur, Jean Girardie meunier, Auguste Raynaud serrurier, Pierre Bosset teinturier, François Defornel propriétaire fermier qui a 6 domestiques sous son toit ;
Autres noms parmi les plus fréquents : Delage, Deletage, Garrigue, Hardy, Laforge, Marcillaud.

Population et richesses.

En 1846 sont recensés : 348 garçons, 255 hommes mariés, 21 veufs,
315 filles, 249 femmes mariées, 47 veuves soit 624 hommes et 611 femmes pour un total de 1235 habitants, 273 maisons et 275 foyers.
En 1851, la population a légèrement augmenté pour arriver à 1307 personnes. Ils sont tous enregistrés comme « catholique romain » et aussi « français d’origine ». Une centaine de personnes sont propriétaires, 2 personnes recensées comme borgnes et 1 individu ayant perdu un bras.
Aujourd’hui on compte 1244 personnes (en 2012) soit un chiffre équivalent après avoir compté au maximum 1800 habitants en 1900.
A cet inventaire on peut rajouter celui du questionnaire Brard soit 40 ânes, 50 chevaux, 10 bœufs, 200 vaches, 2000 brebis et 400 cochons.
Inutile de préciser que le jour du marché le mercredi est celui où dans les nombreuses auberges on boit le plus de vin.
Les mariages sont au nombre de 10-15 chaque année.

marcheane
Carte postale collection B. Rigaud

   precedent
Courriel
Contenu du site libre de droit SAUF dans le cadre d'une utilisation commerciale .
/Copyright © genea24.com 2010 / Mise jour du 01 Janvier 2016.